Rétention du terbuméton et de trois métabolites par différents échantillons de sols du bassin versant de la Vesle et un résidu ligno-cellulosique.

Auteur.e.s

S. Boudesocque, E. Guillon, M. Aplincourt, A. Conrad, M. Couderchet

Université

GRECI, Laboratoire d’Eco-toxicologie, Laboratoire des Plantes, Pesticides et Développement Durable, Université de Reims Champagne-Ardenne

DOI
https://doi.org/10.26047/PIREN.rapp.ann.2005.vol10

Le devenir des pesticides dans un sol fait intervenir plusieurs processus parmi lesquels on peut citer la dégradation microbienne, la photodécomposition, le prélèvement par la plante, la volatilisation et l’adsorption-désorption. Ce dernier phénomène joue un rôle prépondérant. Le transfert des pesticides, leur dégradation par les agents biotiques ou abiotiques, leur biodisponibilité et la contamination des eaux souterraines ou de surface en sont dépendants. En solution dans l’eau du sol, les produits de traitement vont pouvoir être lessivés, dégradés ou disponibles le cas échéant pour les organismes. La proportion de produit présent dans l’eau du sol est fonction des caractéristiques du sol et des caractéristiques de la molécule. Un équilibre existe donc entre les particules et l’eau du sol. La quantité d’une molécule dans l’eau du sol (celle qui pourra être transférée) est fonction de l’adsorption-désorption de cette dernière et de sa dégradation. Dans le cadre du Contrat d’Objectifs AQUAL mis en place avec le soutien d’Europol’Agro, le programme Zérophyto vise à mieux comprendre les interactions sol-pesticides au travers des phénomènes d’adsorption-désorption et de dégradation. Les études de comportement des produits phytosanitaires dans les sols se concentrent généralement sur la molécule mère. Pourtant les produits retrouvés dans l’environnement ne sont pas exclusivement ces molécules mères mais aussi leurs produits de dégradation. Par conséquent, le programme Zérophyto élargit le sujet du comportement des molécules phytosanitaires dans le sol à leurs métabolites. Le programme Zérophyto a pour but ultime de comprendre les mécanismes du transfert des produits phytosanitaires et de leurs métabolites vers les eaux de surface ou les eaux souterraines.