Modélisation du transfert des pesticides dans le bassin versant de la Vesle : Principes et intégration du compartiment atmosphérique

Auteur.e.s

Elodie Guigon, Alexandre Rat, Emmanuel Ledoux, Marc Chevreuil et Hélène Blanchoud

Université

Laboratoire Hydrologie et Environnement EPHE/UMR Sisyphe, CIG ENSMP

La contamination par les produits phytosanitaires des eaux de surface et souterraines est un enjeu majeur et les agences de l’eau étudient actuellement les possibilités de réduction de cette contamination dans le cadre de la directive européenne. Les travaux déjà réalisés dans le cadre du programme Piren Seine ont permis d’effectuer un bilan global à l’échelle du bassin versant de la Marne. Le recensement de l’ensemble des pesticides utilisés, même s’il comprend des lacunes ou des incertitudes, permet d’avoir une première évaluation des molécules à rechercher (H. Blanchoud, 2001).Ces exports ont été quantifiés en utilisant les connaissances du comportement de l’atrazine dans ce bassin versant (M. Garmouma, 1996). En effet, ces travaux avaient permis de dresser un bilan global de transfert de l’atrazine à l’échelle du bassin versant et de montrer notamment que seulement 0.5 % des traitements en atrazine rejoignaient la Marne par an. Cependant, cette approche ne permettait pas de définir des tendances dans le choix des molécules. La dynamique de transfert ne pouvait pas être définie, et il n’était pas possible de faire la distinction entre les molécules présentes toute l’année à des concentrations faibles, de celles dont la présence dans les cours d’eau sera limitée dans le temps à de très fortes concentrations. C’est pourquoi un modèle de transfert de surface basé sur le principe de l’applicatif SENEQUE a été réalisé (H. Blanchoud et al., 2002). Le principe est d’utiliser les connaissances hydrologiques acquises jusqu’à présent pour le transfert des nitrates dans le bassin versant de la Seine et de développer un module de transfert des pesticides en utilisant des processus simples de transfert. Le but est de pouvoir définir le transfert de tous les produits phytosanitaires de façon à adapter le modèle aux nouvelles réglementations. Le bassin versant de la Vesle s’étend sur 1482 km² et est situé principalement en Champagne crayeuse. Le vignoble y est également très développé et localisé au niveau de la montagne de Reims. Cette agriculture intensive pose déjà des problèmes de contamination de l’eau par les produits phytosanitaires et affecte l’alimentation en eau potable de la ville de Reims. Notamment, l’atrazine, la simazine et leurs produits de dégradation, le diuron, la terbuthylazine et l’isoproturon sont des molécules régulièrement détectées dans la Vesle à Reims (Bardet, et al., 2002). C’est pourquoi l’étude de ce bassin versant est intéressante, tant par sa taille que par son occupation du sol.

elodie.guigon@ccr.jussieu.fr