Interfaces nappe-rivière

Les eaux surfaciques et souterraines ont fait historiquement l’objet d’études séparées (Brunke and Gonser, 1997; Dawson, 2008; Kalbus et al., 2006). L’émergence d’une vision systémique du cycle de l’eau a fait émerger le concept d’hydrosystème (Dacharry, 1993; Dooge, 1968; Kurtulus et al., 2011; Flipo et al., 2012). L’hydrosystème constitue un continuum hydrique dans lequel sont regroupés, eu égard aux ordres de grandeur significativement différents des temps de transfert de l’eau (Blöschl and Sivapalan, 1995), des composantes de stockage dans lesquelles les eaux s’écoulent lentement (e.g., les aquifères), et des composantes conductives où de grandes quantités d’eau s’écoulent rapidement (e.g., les eaux de surface).

Les hydrosystèmes continentaux peuvent donc être conceptualisés par différents compartiments présentant des cinétiques et phénoménologies distinctes. Les deux compartiments principaux sont le domaine de surface et le domaine souterrain qui sont reliés par des interfaces constituées de cascades d’objets emboîtés (Fig. 1). Par exemple l’interface napperivière est souvent constituée, à l’échelle régionale, par une plaine alluviale, alors qu’à l’échelle de la plaine alluviale, cette interface est constituée par la zone riparienne, au sein de laquelle l’interface nappe-rivière est constituée par la zone hyporhéique (ZH), et ainsi de suite jusqu’à l’interface eau-benthos (Flipo et al., 2014). Les flux entre compartiments de l’hydrosystème se trouvent donc connectés via des interfaces communes dont la représentation varie en fonction de l’échelle d’analyse (Ellis et al., 2007; Hancock et al., 2005; Poole et al., 2008; Stonedahl et al., 2012). Elles n’en demeurent pas moins très structurantes pour la modélisation des flux : une interface nappe-rivière demeurant une interface nappe-rivière quelle que soit l’échelle. Cette vision de l’hydrosystème structuré autour de ses interfaces est, de plus, en accord avec les classifications hydro-biogéologiques actuelles des paysages (Bertrand et al., 2012; Dahl et al., 2007).

Retrouvez le volume 2 des rapports de synthèse de la phase 6 publiés en 2015 :

 

Retrouvez également l'ensemble des volumes ici