Hydrologie urbaine

Sous la direction de Katia Chancibault

DOI : 10.26047/PIREN.rapp.synth.2019.vol3

 

Les zones urbaines, par l’imperméabilisation des surfaces et le drainage du sol par les réseaux, influencent fortement le cycle de l’eau. Des dispositifs, souvent basés sur la végétation constituent des techniques dites alternatives permettant une gestion à la source des eaux pluviales. Leur multiplication sur le réseau ou les projets d’aménagements plus durables (écoquartiers) modifient le cycle de l’eau et donc la gestion de l’eau : de nouveaux processus (évapotranspiration, infiltration) apparaissent dans la gestion globale de l’assainissement (en particulier en présence de réseaux unitaires). Le modèle hydrologique TEB-Hydro reproduit tout le cycle de l’eau (petit et grand) à l’échelle d’un territoire. Il n’a pas pour vocation la gestion au quotidien du réseau d’assainissement, mais peut aider à la décision de futurs aménagements, plus durables. En plus de données météorologiques et d’occupation du sol, il nécessite le graphe orienté d’un réseau d’assainissement fonctionnel mais adapté à la résolution du modèle. Un outil de reconstruction (TOHR), basé sur le réseau réel fournit ce réseau simplifié à TEB-Hydro.

La zone d’étude est la zone urbaine couvrant la Ville de Paris et sa petite couronne constituée des départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val de Marne. De nombreux acteurs ont un rôle dans la gestion du réseau d’assainissement sur cette zone : les communes, les départements, les syndicats et le Syndicat Interdépartemental de l’assainissement de l’Agglomération Parisienne. Ajouté à l’historique de l’urbanisation de la zone, ce réseau d’assainissement a, en de nombreux endroits, un fonctionnement atypique, en lien aussi avec les contraintes majeures auxquelles sont confrontés les gestionnaires du réseau. Le fonctionnement des réseaux interdépartemental et départementaux ont été identifiés préalablement à la reconstruction de chacun de ces réseaux séparément, puis globalement. Ceci a été possible grâce à de nombreux échanges avec les gestionnaires. L’évaluation de chacune de ces reconstructions et l’analyse du réseau simplifié obtenu est présentée. Selon les départements et la complexité du fonctionnement du réseau, les résultats de la reconstruction sont plus ou moins satisfaisants. La modélisation hydrologique, appliquée d’abord à l’échelle du département des Hauts de Seine puis à toute la zone, est évaluée et analysée, à l’échelle de différents bassins versants (séparatifs et unitaires).

Retrouvez le volume 3 des rapports de synthèse de la phase 7 publiés en 2019 :

 

Retrouvez également l'ensemble des volumes ici