Origine et devenir du phosphore dans le continuum aquatique de la Seine des petits bassins amont à l’estuaire : Rôle du phosphore échangeable sur l’eutrophisation

Titre
Publication TypeThesis
Year of Publication2003
AuthorsNémery, J
UniversityUniversité Pierre et Marie Curie - Paris VI
Thesis TypemastersPhD Thesis
Mots-clésestuaire, eutrophisation, phosphore particulaire échangeable, rivière, sources diffuses et ponctuelles
Abstract

Ce travail établit les bilans de phosphore (P) à l’échelle du bassin de la Seine (74 000 km2). En 2000, les engrais représentent 60 % des apports aux sols agricoles (20-25 kgP/ha). Les stocks y apparaissent énormes (1800-5000 kgP/ha). Les pertes par érosion (0.18-0.59 kgP/ha) et par drainage (0.12 kgP/ha), contribuent pour 40-50 % des apports de P dans les bassins agricoles amont et 20 % sur l’ensemble du bassin. Les matières en suspension (MES) s’enrichissent en P d’un facteur 4 entre l’amont et l’aval. La forte réactivité du P y est mis en évidence par une méthode isotopique au 32P. Le transfert des ions P entre les MES et l’eau, mis en équation et introduit dans le modèle Riverstrahler, est testé sur le sous-bassin le plus eutrophisé. 8 000 tP (44 % particulaire) sont apportées à l’estuaire. Les MES s’appauvrissent d’un facteur 2 entre l’entrée et la sortie de l’estuaire. Dans le bouchon vaseux, une équation du transfert des ions P entre les MES et l’eau est également formulée.