Thèse soutenue

Le cycle du carbone dans le bassin anthropisé de la Seine : de la modélisation du dioxyde de carbone à l’évaluation des émissions des gaz à effet de serre

 

(en) Carbon cycling across the human-impacted Seine River basin : from the modeling of carbon dioxide outgassing to the assessment of greenhouse gas emissions.

 

Encadrée par : J. Garnier, V. Thieu

Lien vers la thèse : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-02413679/

 

Résumé :

Des études récentes ont souligné l’importance des émissions de dioxyde de carbone (CO2) par les eaux continentales, replaçant ainsi l’hydro-système comme compartiment actif du bilan carbone. Un premier objectif de cette thèse a été de comprendre et quantifier la dynamique du C aquatique le long du continuum aquatique de la Seine, empreint d’une très forte activité anthropique. Pour cela, un module de carbone inorganique (CI) a été développé au sein du modèle de fonctionnement biogéochimique des écosystèmes aquatiques, Riverstrahler, permettant de simuler les variations spatio-temporelles du C. Le second objectif était de quantifier les émissions aquatiques et terrestres afin de proposer une évaluation conjointe des trois principaux gaz à effet de serre (GES: CO2, méthane – CH4, protoxyde d’azote- N2O) à l’échelle du bassin.

Les mesures de la pression partielle de CO2 (pCO2) dans des rivières drainant différentes occupations du sol, à différentes saisons, attestent que l’hydro-système Seine est sursaturé et une source d’émission de CO2 vers l’atmosphère. Le principal facteur de contrôle de pCO2 est la concentration en carbone organique dissout (COD) (R2 = 0,56, p < 0,05), modulée par les conditions hydro-climatiques et les contributions d'eaux souterraines. Dans les rivières amont, les concentrations en COD semblent reliées au stock de CO des sols, alors que sur l’axe principal de la Seine, elles dépendent des effluents de stations d’épuration. Sur le long terme (1970-2015) la pCO2 a clairement évolué conjointement à l’amélioration du traitement des eaux usées.

Les bilans par modélisation (moyenne 2010-2013) montrent l’importance du CI apporté à l’hydro-système Seine (1134 ktC an-1) et une faible contribution des processus biogéochimiques (27 ktC an-1). Si une grande part du CI est exportée vers l’estuaire (62%), les émissions de CO2 dépassent 500 ktC an-1 (soit 37%). Les apports d’OC, ne représentent que 104 ktC an-1. La production nette de l’écosystème (NEP) apparait négative, et indique le caractère hétérotrophe de la Seine. Cette nouvelle version du modèle Riverstrahler a été couplée au modèle estuarien C-GEM afin de proposer une description complète de la cascade du carbone dans le continuum rivière-estuaire. L’estuaire représente 34 % de la surface du drainage de la Seine et contribue à hauteur de 16% des émissions aquatiques de CO2 du bassin, estimée à 540 kt C (année 2010).

Les émissions de CO2 complétées par celles de N2O et CH4 montrent que émissions aquatiques de GES représentent 3.7% des émissions totales du bassin de la Seine (2,276 kt CO2 équivalent an-1 dont 95,3% de CO2). Les émissions agricoles (14,295 ktCO2 équivalent an-1) et urbaines (44,713 ktCO2 équivalent an-1) contribuent respectivement pour 23.3 et 73.0%. Une reconstruction historique des émissions agricoles en France montre une augmentation par 4 de 1850 à 2014), soit 114,000 kt CO2 équivalent an-1 actuellement (CO2:22%, CH4:49%, N2O: 29%). Un scénario prolongeant tendance actuelle à la spécialisation et l’intensification à l’horizon 2040, prédit une augmentation par 1.5 des émissions agricoles, alors qu’un second proposant un changement profond de l’agriculture française réduirait les émissions actuelles de 50%.

 

Mots-clefs : cycle du carbone, CO2, CH4, N2O, GES émissions, modélisation des écosystèmes aquatiques, bassin de la Seine, impacts humains, continuum aquatique

 

 

Autres thèses soutenues

trier par ordre croissant
Simulation du métabolisme de la Seine par assimilation de données en continu 2019
Université PSL MINES ParisTech
Shuaitao Wang
Les coulisses de l'aide à la décision fondée sur la démarche scientifique : pour une meilleure compréhension des fonctionnalités des outils de modélisation environnementale. Analyse comparative des pratiques françaises et australiennes 2019
Université Paris-Est, Ecole des Ponts ParisTech
Natalie Chong
Rôle des espèces réactives de l'oxygène et substances exopolymeriques des bactéries dans le processus de biominéralisation du manganèse 2019
Université Paris Diderot, IPGP
Thais Couasnon
Développement d'une approche « time-lapse » des méthodes sismiques pour l'hydrogéophysique et la compréhension de la dynamique des hydrosystèmes 2019
Sorbonne Université, UMR 7619 METIS
Marine Dangeard
Analyse multicritère des politiques publiques environnementales dans l'Union Européenne 2019
Université Paris Saclay, AgroParisTech
Ancuta Isbasoiu
Prospective et stratégies pour l’environnement : entre fabrique des futurs et situation de gestion, quelles prises pour l’action ? 2019
Université Paris Saclay, AgroParisTech
Sarah Lumbroso
Le cycle du carbone dans le bassin anthropisé de la Seine : de la modélisation du dioxyde de carbone à l’évaluation des émissions des gaz à effet de serre 2018
Sorbonne Université, UMR 7619 METIS, FR 636 IPSL
Audrey Marescaux
Fonctionnement biogéochimique et trajectoires des systèmes agricoles territoriaux français: flux de carbone, azote et phosphore (1852-2014) 2018
Sorbonne Université, UMR 7619 METIS
Julia Le Noë
Le système alimentation/excrétion des territoires urbains : régimes et transitions socio-écologiques 2018
Université Paris Est
Fabien Esculier
Sources et dynamiques spatiales et temporelles des contaminations en éléments traces et hydrocarbures aromatiques polycycliques du continuum atmosphère - sol - rivière d'un bassin versant contrasté 2018
Université Paris Saclay
Claire Froger
Charriage et obstacles à la continuité sédimentaire sur les cours d’eau du Morvan 2018
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Louis Gilet
Trajectoire hydrogéomorphologique d'un petit cours d'eau périurbain francilien : aménagement, "désaménagement"? 2018
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Marion Jugie
La remise en cause des services urbains en réseau : une approche par la technique : le cas du compostage des déchets en pied d'immeuble à Paris 2018
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Elisabeth Lehec
La dimension matérielle de l'urbanisation. Flux et stocks de matériaux de construction en Ile-de-France 2017
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Vincent Augiseau
Quantification et modélisation du devenir du carbone et de l'azote de systèmes de culture alternatifs en situation expérimentale de longue durée 2017
Institut des sciences et industries du vivant et de l’environnement (AgroParisTech)
Bénédicte Autret
Fonctionnement hydrothermique de l'interface nappe-rivière du bassin des Avenelles 2017
Université PSL MINES ParisTech
Asma Berrhouma
Potentiel d’utilisation de la spectrofluorimétrie 3D pour la caractérisation en ligne de la matière organique dissoute : de la station d’épuration au milieu récepteur 2017
Université Paris Est, Ecole des Ponts ParisTech
Angélique Goffin
Caractérisation des hétérogénéités sédimentaires d’une plaine alluviale : Exemple de l’évolution de la Seine supérieure depuis le dernier maximum glaciaire 2016
Université PSL MINES ParisTech
Benoit Deleplancque
Premières investigation des sources et devenirs des macro et micro plastiques dans les hydrosystèmes urbains : cas de agglomération parisienne 2016
Université Paris Est, Ecole des Ponts ParisTech
Rachid Dris
Caractérisation des particules ferrugineuses dans la Seine avec le magnétisme environnemental 2016
Université PSL MINES ParisTech
Dariouche Kayvantash
Quantification des échanges nappe-rivière au sein de l’hydrosystème Seine par modélisation multi-échelle 2016
Université PSL MINES ParisTech
Baptiste Labarthe
Modélisation intégrée de l'allocation des terres en France : du choix cultural au choix sectoriel 2015
AgroParisTech
Anna Lungarska