Métabolisme des annexes hydrauliques des corridors hydro-écologiques des casiers Girardon du Rhône aux gravières de la Bassée

Métabolisme des annexes hydrauliques des corridors hydro-écologiques  des casiers Girardon du Rhône aux gravières de la Bassée

Sophie Guillon1*

1 MINES ParisTech, Géosciences
* sophie.guillon@mines-paristech.fr

L’étude présentée est le fruit d’une collaboration avec la ZA du bassin du Rhône, qui a mis à disposition ses données sur ses casiers Girardon, qui ont pu être comparées aux données relevées dans la Bassée. Portant principalement sur la concentration en oxygène et la température des eaux, l’étude a relevé, dans les casiers Girardon du Rhône, que les crues avaient un impact sur ces paramètres : lors de ces épisodes, l’oxygène augmente, la température diminue, et la variabilité de ces données entre le fond et la surface est considérablement lissée. L’étude a également mis en évidence le fait que la surface du fleuve a un comportement plutôt autotrophe, alors que le fond est plutôt hétérotrophe.

Sur le site de la Bassée, les données recueillies par le dispositif DEGASE, permettent de mettre en évidence un fond anoxique à partir de 3 m de profondeur, et une sursaturation en oxygène dans la tranche d’eau supérieure, qui atteint 145 % du fait de l’action des macrophytes, plantes et algues. L’originalité de cette étude réside dans le couplage de ces données avec l’évolution des flux à l’interface eau-atmosphère, par le relevé des données de CO2 et de CH4 à la surface des eaux étudiées.

Conclusions : Par le dispositif mis en place, qui permet d’effectuer des mesures à la fois en surface et en profondeur, de nombreuses données biogéochimiques ont pu être recueillies, notamment l’oxygène et la température, qui permettront, en les couplant avec d’autres mesures, de mieux comprendre le fonctionnement hydrobiochimique de la plaine de la Bassée.

 

Résumé de la présentation par l'auteure.

Présentation