Caractérisation des particules ferrugineuses dans le bassin de la Seine avec le magnétisme environnemental

Caractérisation des particules ferrugineuses dans le bassin de la Seine avec le magnétisme environnemental

Dariouche Kayvantash1*

1 MINES ParisTech, Géosciences
* dariouche.kayvantash@mines-paristech.fr

L’étude présentée a pour objectif de retracer les origines naturelles et humaines des particules d'oxydes de fer en suspension dans la Seine, et d’estimer l’impact anthropique sur ces cours d’eau. Pour ce faire, les méthodes demagnétisme environnemental ont été utilisées, et se sont focalisées sur le minéral dominant: la magnétite. Les prélèvements ont été effectués dans la Seine, la Marne, l'Yonne, le Loing, l'Orge et l’Oise. Un état des lieux a été mené concernant cet élément. Une caractérisation des particules d’origine naturelle et anthropique a été effectuée en abordant la taille des grains de magnétite. En termes de répartition spatiale, les particules les plus grosses, issues de l’activité anthropique, ont été observées au niveau de l’agglomération parisienne, et les plus petites au niveau des zones rurales. Les mesures de la concentration en magnétite ont également été faites.

Conclusions : Les particules les plus grosses sont recensées à Paris et dans l’Orge, et les plus petites en milieu rural ; la dynamique hydrologique du bassin ne semble pas influencer cette répartition. En terme de concentration, les variations sont très faibles en milieu rural et dans les zones de transition urbain/rural, alors qu’au niveau de Paris, les crues et les périodes d’étiages ont un impact prononcé sur la concentration en magnétite en suspension, avec une accumulation lors des étiages et une dilution lors des crues.

 

Résumé de la présentation par l'auteur.

Présentation

 

Discussion :

Il a tout d’abord été demandé si des mesures avaient été faites en station d’épuration pour estimer l’impact sur le magnétisme de la zone. En réponse, il a été rapporté que le SIAAP avait fourni des échantillons à chaque étape de l’épuration, et qu’après analyse, il a été fait état d’une très faible aimantation des échantillons. L’impact des stations d’épuration est donc très faible sur la concentration en magnétite.

Par la suite, les échanges se sont orientés vers la provenance des grosses particules dans l’Orge et à Paris. Les sources seraient vraisemblablement urbaines, les grosses particules étant généralement synonyme de particules d’origine anthropique.

Enfin, une suggestion a été faite à l’équipe de recherche de se rapprocher des personnes du PIREN-Seine qui font des carottes dans les sédiments de la Seine. En effet, un lien pourrait éventuellement être fait avec l’arrêt progressif de la sidérurgie dans la région. Il a été rapporté que l’objet d’étude portait uniquement  sur la matière en suspension, mais que d’autres projets étaient en cours sur ce sujet, et que dans ce cadre, une étude des carottes serait effectivement bénéfique.