SESSION 3 - Fonctionnement du bassin soumis à des extrêmes hydro-climatiques

La troisième session du colloque, était dédiée à l’étude du fonctionnement du bassin en période de crise. Sécheresses, crues, extrêmes thermiques sont autant d’événements qui entraînent une cascade d’impacts hydrologiques et biologiques. Dans un contexte de changement climatique et de prévision d’augmentation de la fréquence et de l’intensité de ces événements extrêmes, il convient donc d’étudier ces crises, d’évaluer leurs conséquences, et de proposer des systèmes d’adaptation ou d’atténuation.


Les orateurs de la session 3.
De gauche à droite : Jean-Marie Mouchel, Vincient Thieu, Nicolas Flipo, Agnès Rivière.

 

Les chercheurs ont fait le point sur leurs recherches, et ont avancé des pistes de réflexion pour les travaux futurs de la phase 8. Si la réactivité hydrologique du bassin de la Seine est aujourd’hui largement documentée, il manque cependant de nombreux vecteurs pour comprendre les mécanismes qui interviennent lors d’événement extrême. L’approfondissement des études sur les interfaces entre compartiments (air, eau de surface, aquifère) apparaît aujourd’hui comme nécessaire pour caractériser plus finement les échanges, que ce soit en termes de chaleur, d’échanges gazeux ou de débit. Les travaux menés par le PIREN-Seine, qui allient mesures de terrain et modélisations, ont d’ores et déjà permis de mettre en évidence, d’une part, la réalité du réchauffement climatique sur le bassin à travers l’étude des températures de l’air et de l’eau de la Seine et de la Marne, et d’autre part, les probables impacts futurs de ce réchauffement sur le fonctionnement biogéochimique du milieu. Il s’agit maintenant d’ouvrir le champ de recherche sur les autres impacts qu’aurait une élévation continue des températures, qu’ils soient directs (évapotranspiration, variation des stocks de chaleur, biote) ou indirects (gestion de la ressource, traitement de l’eau, baignade). Une intégration toujours plus forte de nouveaux éléments dans les chaînes de modélisation (influence des barrages-réservoirs, température de l’air, etc.) permettra également, à terme, de déterminer les paramètres qui influencent le plus le milieu, et de proposer des solutions d’adaptation ou d’atténuation.

Enfin, la session fut l’occasion de revenir sur les enseignements de la gestion de la crue de juin 2016, dans laquelle le PIREN-Seine joua un rôle déterminant dans l’agrégation et le traitement des données hydrologiques et de qualité de l’eau du bassin. Cette analyse, qui a fait l’objet d’un fascicule spécial, a permis de mettre en évidence plusieurs aspects de gestion des crues déterminants pour le futur. Outre la qualité particulière des données hautes fréquences et l’importance des retours d’expérience des acteurs de terrain, c’est avant tout la disponibilité d’un réseau mobilisable de personnes formées à l’échantillonnage qui a été soulignée, et qui peut servir de base à un plan de gestion pour l’analyse de la qualité de l’eau en période d’extrême hydrologique.

 

Les échanges avec la salle ont permis de confirmer la nécessité de mettre en place un réseau d’acteurs mobilisables en cas de crise hydrologique, que ce soit en période de crue, ou de sécheresse. La discussion a permis d’ouvrir plus largement le débat sur l’implication des citoyens dans ce réseau, les outils et la formation à un échantillonnage simple pouvant être délivrés en avance, dans une démarche de science participative. L’idée d’un réseau de lycées agricoles a ainsi été proposée.

Enfin, dans le cadre de la vision à 2024, et de l’échéance que représentent des Jeux Olympiques, la conclusion que les étiages et les sécheresses présentaient un risque important pour la qualité biochimique du bassin fut partagée par les participants. Le changement climatique pouvant potentiellement aggraver ces phénomènes, les pistes de recherche proposées par les chercheurs sur les impacts des températures, les lacs-réservoirs et les échanges aux interfaces entre compartiments notamment entre l’air et l’eau de surface, ont été partagées par les différents intervenants.

 

Télécharger les présentations PDF de la session :

Présentation 1 : Réaction hydrologique du bassin aux extrêmes climatiques - N. Flipo, (Mines Paris Tech, Centre Géosciences) 

Présentation 2 : Régime thermique du bassin des Avenelles - A. Rivière (Mines Paris Tech, Centre Géosciences)

Présentation 3 : Influence du changement climatique sur le fonctionnement biogéochimique - V. Thieu (Sorbonne Université, UMR METIS) 

Présentation 4 : Enseignements des suivis de qualité d’eau en crue - J-M. Mouchel (Sorbonne Université, UMR METIS)

 

Télécharger le verbatim des échanges

 

Retour au bilan du colloque